Fausses alarmes de feu : causes et astuces pour les éviter

Des détecteurs de fumée reliés à une centrale de surveillance, c’est un must. Cela garantit que les services d’urgence seront vite sur place pour limiter les dégâts puisqu’une alerte se déclenche aux premiers signes de chaleur ou de feu. Cependant, ces mêmes signaux et leurs dérivés (fumée, buée, poussière…) peuvent causer de fausses alarmes et devenir la source d’amendes municipales salées, en plus de monopoliser le temps précieux des pompiers, policiers et ambulanciers dépêchés sur les lieux, deux choses à éviter.

Quels sont donc les signes à surveiller ?

Fumée : on ne la voit ou ne la sent pas toujours, mais la fumée de cuisson ou celle qui s’échappe de notre foyer peut se frayer un chemin jusqu’à notre détecteur de fumée. Dans le premier cas, il suffit de surveiller la cuisson de nos aliments pour s’assurer qu’ils ne brûlent pas. Bien sûr, activer la hotte de notre cuisinière ou simplement ouvrir une fenêtre aidera à dissiper la fumée. Pour notre foyer, un ramonage annuel est nécessaire. Assurez-vous aussi que le clapet soit correctement ajusté.

Humidité, vapeur et eau : le détecteur de fumée est sensible à toutes variations dans la composition de l’air. Entre fumée et vapeur, il n’y voit que du feu ! Lorsque vous prenez une longue douche chaude, fermez la porte, activez la ventilation ou ouvrez une fenêtre (le cas échéant). Même chose pour l’eau de cuisson, lorsque vous faites cuire des pâtes, par exemple. Activer la hotte, couvrir votre casserole ou réduire le feu, voilà autant de moyens de limiter la quantité de vapeur produite. Aussi, en cas de fuite d’eau, donc d’infiltration, votre détecteur de fumée peut être endommagé. Votre seule option ici : le remplacement.

Poussière : celle-ci peut obstruer le capteur de votre détecteur, il est donc important de le nettoyer régulièrement (chiffon doux et propre, aspirateur). N’hésitez pas à ouvrir l’appareil puisque la poussière est volatile et qu’elle risque de s’être infiltrée. À l’aube d’entreprendre des travaux de rénovation, placez votre système en mode test.

Vapeurs chimiques : les peintures à base d’huile sont de moins en moins utilisées, mais vous n’êtes pas à l’abri d’une infestation d’insectes, par exemple. Avant de pulvériser un produit ou un nettoyant, ici encore, placez votre détecteur en mode test.

Coupure de courant : cela concerne uniquement les détecteurs de fumée alimentés par l’électricité. On ne peut les éviter, mais on peut s’en prémunir en optant pour un détecteur de fumée à piles ou électrique, mais avec une pile qui assure le relais en cas de panne.

Et bien sûr, testez l’efficacité de vos détecteurs régulièrement, sans oublier de changer les piles deux fois par an !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>